Parenthèse

Parenthèse

Tristesse

Parenthese-5AU CLAIR DE LA LUNE, MON AMI PIERROT, PRETE MOI TA PLUME POUR ECRIRE UN MOT…

Pierre nous a quittés ce matin, après un long combat contre cette maladie que nous connaissons tous…

Si Parenthèse existe aujourd’hui, c’est Pierre qu’il faut remercier. Compagnon de la première heure de réflexion alors que cette association n’existait que dans la tête d’un petit groupe, Pierre a su trouver la solution pour nous offrir une adresse, des locaux ; car comme chacun le sait, sans adresse, pas de déclaration d’association. Ancien Directeur du Rosier Rouge, il a mis à notre disposition une petite partie de ses locaux pour nous permettre de démarrer nos accueils. C’était au temps où le Rosier Rouge,  grâce à lui, avait un cœur, une âme !

Pierre était le seul homme parmi notre groupe de femmes, un rôle et une place pas toujours évidents à tenir. Mais il n’avait qu’un mot à dire, qu’une idée à avancer, aussitôt nous étions derrière lui. Un peu comme Charlie et ses drôles de dames.

Pour celles et ceux qui ont participé aux ateliers d’écriture, Pierre était celui qui donnait les consignes, qui nous donnait envie de « laisser courir le stylo sur la feuille », qui nous emmenait dans des délires qu’aucun d’entre nous ne serait crû capable d’écrire. Lui aussi, pendant ces moments privilégiés se dévoilait, laissait apparaître sa sensibilité, sans jamais trop en dire. Il jonglait avec les mots et les maux pour nous donner l’envie et le courage d’aller jusqu’au plus profond de nous.

Aujourd’hui, plus de consigne, plus de rire, plus de complicité. Juste une tristesse immense, un grand vide… mais le courage de continuer à faire vivre Parenthèse pour lui prouver qu’il n’a pas fait ça pour rien.

On pense à toi Pierre, tu nous manques déjà.


2013 - Site réalisé et développé par Ataroa grâce au soutien de la Fondation SAINTE GENEVIEVE